PAComètre > Paysans et fermes

Paysans et fermes

paysans-et-fermes
Si l'installation bénéficie d'une certaine attention dans les arbitrages, les mesures favorisant l'emploi plutôt que l'agrandissement ont fait l'objet d'un statu quo délétère. Le rééquilibrage vers un modèle de ferme à taille humaine est inexistant.
Recul ou mesure nécessaire absente.
Le PSN peut aller plus loin

Reprise des mesures phares de Pour une autre PAC dans le PSN

paysans-et-fermes

Donner de vrais moyens aux paysan·ne·s de se protéger face à la volatilité des prix et leur garantir ainsi un revenu

Donner de vrais moyens aux paysan·ne·s de se protéger face à la volatilité des prix et leur garantir ainsi un revenu

Cette priorité n’est pas prise en compte dans l’analyse globale car des arbitrages sont attendus au niveau européen.

 

Cette priorité concerne essentiellement les mesures de régulation des marchés, d’intervention en cas de crise et de maitrise des volumes de production, dont les arbitrages dépendent du niveau européen sur le règlement OCM (Organisation Commune des Marchés). Les arbitrages pris dans le cadre du Plan Stratégique National de la PAC ne concernent donc pas cette priorité.

En savoir plus
paysans-et-fermes

Stimuler l'emploi agricole plutôt que l'agrandissement des fermes

Stimuler l'emploi agricole plutôt que l'agrandissement des fermes

5/20 : Immobilisme total sur l’architecture sociale de la PAC

S’il est bien entendu compliqué d’abandonner à court terme le système des aides de base allouées à l’hectare, plusieurs autres dispositifs de la PAC permettent de prendre en compte les actifs agricoles (c’est-à-dire la richesse en emploi d’une ferme) plutôt que les hectares. Il s’agit notamment du paiement redistributif, qui permet de soutenir de manière renforcée les premiers hectares d’une ferme et donc de corriger les logiques encourageant l’agrandissement. Le statu quo est inacceptable concernant ce dispositif, reconnu par une majorité des parties prenantes comme un levier essentiel pour une PAC tournée vers l’humain. Pour couronner le tout, la part allouée aux aides de base à l’hectare augmente, ce qui est contraire à la direction que doit prendre une réforme de la PAC, et aucun plafonnement n’est appliqué sur ces aides (certaines exploitations pourront encore toucher plusieurs centaines de milliers d’euros d’aide) !

En savoir plus
paysans-et-fermes

Accompagner l'installation de tous les projets paysans

Accompagner l'installation de tous les projets paysans

12/20 : Des budgets en hausse mais pas à la hauteur de l’enjeu du renouvellement générationnel

La bonification des aides de base du premier pilier pour les jeunes agriculteurs bénéficie d’une augmentation de budget (de 1% à 1,5% du premier pilier) et sera versée de manière forfaitaire. C’est un progrès qu’il convient de souligner. Le budget dédié aux aides à l’installation dans le second pilier, permettant de financer la « Dotation Jeunes Agriculteurs » (DJA), a été également augmenté de 33 millions d’euros dans le but d’accompagner 7500 installations par an d’ici 2027 : une hausse qu’il convient aussi de saluer, mais qui reste très insuffisante pour assurer le renouvellement générationnel des agriculteurs, dans un contexte de départs massifs à la retraite. Cette mesure sera gérée par les Régions, certaines modalités restent donc à définir. Cependant, en ce qui concerne l’éligibilité des plus de 40 ans, le ministre a explicitement fermé cette porte, ce qui signifie que la DJA ne sera malheureusement pas modifiée en profondeur pour accompagner les reconversions vers l’agriculture.

En savoir plus
paysans-et-fermes

Mettre fin aux importations et exportations qui nuisent aux paysans dans les pays du Sud comme du Nord

Mettre fin aux importations et exportations qui nuisent aux paysans dans les pays du Sud comme du Nord

7/20 : Aucune remise en cause du modèle de l’agriculture productiviste et exportatrice

Dans une perspective de respect des paysanneries des pays du Sud, Pour une autre PAC souhaite mettre un terme à toute forme de subventionnement par la PAC ayant des répercussions sur l’exportation de denrées à des prix artificiellement bas dans les pays du Sud, mais aussi entrainant l’importation de productions issues de ces pays et les privant de souveraineté alimentaire. Or le Plan Stratégique National ne s’attaque que de manière très partielle à ces enjeux. Parmi les mesures de la PAC ayant un effet négatif sur les pays du Sud, par l’intermédiaire de nos exportations : les aides de base à l’hectare (dont Pour une autre PAC souhaite à terme la disparition) et les programmes opérationnels (pour lesquels nous souhaitons une refonte complète pour les mettre au service de filières alimentaires territorialisées de qualité). A l’inverse de nos demandes, ces deux mesures ont été en réalité renforcées dans le Plan Stratégique National. Il convient cependant de saluer le renforcement des aides couplées aux légumineuses, qui devraient entrainer une baisse des importations en provenance de ces pays où elles sont sources de déforestation et concurrencent les productions destinées à la consommation domestique.

En savoir plus